PARFUM DE PRINTEMPS

De Férid Boughedir

Dimanche 26 novembre à 13h45
RENCONTRE AVEC LE RÉALISATEUR

Autre séance :

  • vendredi 1er décembre à 12h
FICTION | FRANCE, TUNISIE | 2016 |1H39
ARABE SOUS-TITRÉ FRANÇAIS
AVEC ZIED AYADI, SARA HANACHI, FATMA BEN SAIDANE

 

Prix du Meilleur film arabe de l’année au Festival international du film du Caire

Aziz, fraîchement diplômé, quitte son village du Sahara pour tenter sa chance et trouver un emploi à Tunis. Le jeune homme, aussi naïf qu’honnête, devient installateur de paraboles sur les toits. Un jour, il tombe fou amoureux d’une jeune femme qui semble avoir été enlevée par un groupe de mafieux proches du pouvoir. Il décide de tout faire pour la délivrer. Et alors que la révolution éclate dans le pays, le jeune homme devient célèbre bien malgré lui…
Le héros naïf, interprété malicieusement par l’acteur amateur Zied Ayadi, permet au cinéaste, avec finesse et humour, de prendre le pouls de son pays. Observant les dernières semaines de la dictature de Ben Ali, le réalisateur d’Un été à la Goulette signe une fable comique et éclairée sur les causes et les espoirs qui déclenchèrent les Printemps arabes.

10949 femmes parle de l’Algérie du passé, un film sur les femmes, mais c’est un récit contemporain et universel, qui met à l’épreuve cette question : qu’est-ce que la liberté ? Quel est son prix ? Quelle émotion que de découvrir Nassima Hablal, charismatique héroïne de la Révolution algérienne ! Un destin bouleversant raconté par une personnalité captivante.

FÉRID BOUGHEDIR

 

Journaliste à la revue Jeune Afrique depuis 1971, Férid Boughedir est professeur de cinéma à l’Université de Tunis. Il réalise deux longs-métrages documentaires présentés en sélection officielle au Festival de Cannes. Sa première œuvre de fiction, Halfaouine, l’enfant des terrasses (1990) est récompensée du Tanit d’or aux Journées cinématographiques de Carthage (JCC), et demeure à ce jour le film tunisien le plus vu dans le monde. Son deuxième long-métrage de fiction, Un été à La Goulette est sélectionné en compétition officielle à la Berlinale 1996.