HEDI

De Mohamed Ben Attia

TUN, BEL, FRA I 2016 I 1H28 I SORTIE LE 28/12
ARABE SOUS-TITRÉ FRANÇAIS
AVEC SIR HAMED AGOUMI, MOUNIR MARGOUM, MYRIEM AKHEDDIOU 
♥ Ours d’Or du meilleur acteur pour Madj Mastoura
♥ Prix de la Meilleure Première œuvre – Berlinale 2016

 

Kairouan en Tunisie, peu après le Printemps arabe. Hedi est un jeune homme sage et réservé. Passionné de dessin, il travaille sans enthousiasme comme commercial. Bien que son pays soit en pleine mutation, il reste soumis aux conventions sociales et laisse sa famille prendre les décisions à sa place. Alors que sa mère prépare activement son mariage, son patron l’envoie à Mahdia à la recherche de nouveaux clients. Hedi y rencontre Rim, animatrice dans un hôtel local, femme indépendante dont la liberté le séduit. Pour la première fois, il est tenté de prendre sa vie en main.

Produit par les frères Dardenne, Hedi est le portrait tès attachant d’un «monsieur-tout-le-monde» qui rêve d’une autre vie que la sienne, une métaphore, aussi, d’une Tunisie sur laquelle a soufflé un vent de liberté, et qui comme son personnage, ne sait pas toujours quoi en faire. Un film tunisien de Mohamed Ben Attia avec un acteur étonnant, Majd Matsoura.

AVANT-PREMIERE

RENCONTRE AVEC LE COMÉDIEN MAJD MASTOURA
Dimanche 6 novembre à 19h

MOHAMED BEN ATTIA

 

Réalisateur né en 1976, à Tunis, en Tunisie, Mohamed Ben Attia est détenteur d’un D.E.S.S en Communication audiovisuelle. Il a été formé à l’atelier d’écriture « Sud Ecriture » (Tunis). Ben Attia réalise son premier court-métrage Romantisme : deux comprimés matin et soir en 2005. Réalisé en 2006, Comme les autres (Kif Lokhrim, Poulain d’argent au Fespaco 2006), est son second court-métrage. Après Mouja (Wave), sélectionné à CinemAfrica 2011 de Stockholm, il réalise Loi 76 (2011), son quatrième court-métrage, puis Selma (2013).

EN AVANT-PROGRAMME :

•  HORS-JEU  DE MOUFIDA FEDHILA
TUNISIE I 2014 I 4 MN I VO

Dans un quartier populaire de Tunis, les enfants sont invités à écrire leurs rêves sur les murs.
Court-métrage proposé par La Galerie et l’Institut des Cultures d’Islam (ICI), Paris.