3000 NUITS

De Maï Masri

PALESTINE, FRANCE, JORDANIE I 1H43 I SORTIE LE 4 JANVIER 2017
ARABE SOUS-TITRÉ FRANÇAIS
AVEC MAISA ABD ELHADI, RAIDA ADON, KARIM SALEH

Layal, une jeune palestinienne se fait arrêter et incarcérer dans une prison israélienne hautement sécurisée oû elle donne naissance à un bébé. Luttant pour survivre et élever son nouveau-né derrière les barreaux, elle est tiraillée entre son instinct de mère, son désir de résistance et les décisions difficiles qu’elle doit prendre.

Tourné dans une prison jordanienne, 3000 nuits est inspiré par des histoires vraies. Aussi intelligent et sensible que les documentaires de la réalisatrice, ce film est d’autant plus magnifique qu’il choisit de filmer la résistance de son héroïne pour conserver son humanité, envers et contre tout. Un grand film !

En collaboration avec l’Association France Palestine Solidarité

AVANT-PREMIERE

Jeudi 10 novembre à 18h30
ÉCHANGE AVEC LA RÉALISATRICE PAR SKYPE
EN PRÉSENCE DE LA TRADUCTRICE MARIA HANEA

MAÏ MASRI

 

Réalisatrice et productrice palestinienne, née en 1959 à Amman, Jordanie. Elle suit des études de cinéma à l’Université de San Francisco aux États-Unis. Début des années 80, elle s’installe au Liban. Documentariste et productrice, elle a co-réalisé avec son mari, le cinéaste libanais Jean-Khalil Chamoun, plusieurs films sur les effets de la guerre au Liban, ainsi que sur la résistance palestinienne, notamment du point de vue des femmes et des enfants, parmi lesquels Sous les décombres en 1983, Fleur d’Ajonc et Femmes du Sud Liban en 1986, Beyrouth, Génération de la Guerre en 1988. Les Enfants du feu, un film sur l’Intifada, en 1990. Rêves suspendus en 1992. En 1995, elle réalise le portrait d’une femme palestinienne, leader politique : Hanan Ashrawi, une femme de son temps, et en 1998, elle filme Les Enfants de Chatila. En 2007, elle signe Trente trois jours. En 1994, Maï Masri et Jean-Khalil Chamoun fondent « Nour Productions ».